La tortue d’Hermann est un animal que l’on retrouve assez communément dans la nature et les jardins du sud-est de la France. Elle nécessite une attention toute particulière. Il s’agit d’ailleurs d’une espèce protégée. Le Dr Nicolas Martinez nous fait part de certaines recommandations dans le récit qui suit. 

tortue-hermann-logo-parlons-reptile© Par le Dr Nicolas MARTINEZ Vétérinaire et pour « Parlons reptile ! »

Vétérinaire passionné de tortues depuis toujours, j’ai l’occasion de soigner des tortues d’Hermann au quotidien. Je travaille dans une région où cette tortue est présente à l’état sauvage et où nombre de gens en ont, ou en ont eu au moins une fois dans leur vie dans leur jardin.

Il est possible également d’en acheter maintenant en provenance d’élevages. Et force est de constater que c’est un animal extrêmement attachant et sympathique ! Malheureusement, bien que ce reptile ait connu les dinosaures et ait traversé le temps, il a des conditions de vie très particulières que l’on doit absolument connaître pour le garder en bonne santé !

Réfléchissez : comme ça, si on vous le demandait, que donneriez-vous à manger à votre tortue ? De la laitue me direz-vous (Hé oui j’ai lu Boule et Bill comme vous et adoré Caroline la tortue) : première erreur ! Mais qui peut être fatale ! Alors j’ai décidé d’écrire cette série d’articles sur la base de tout ce que je pense important pour comprendre au mieux comment fonctionne cet animal captivant.

J’ai pu appréhender au cours de mon expérience les difficultés et les idées reçues qu’avaient les propriétaires. Ainsi je vous propose de vous accompagner, vous et votre tortue tout au long de sa vie….que j’espère la plus longue possible (d’après vous, combien de temps déjà ?)

Petit rappel:

La tortue d’Hermann n’est pas un animal domestique

vous ne pouvez posséder que des tortues munies d’un certificat intra-communautaire individuel et vous devez posséder également un certificat de capacité… (non non, ne prenez pas peur….) 
Maintenant, ça c’est la théorie. 
En pratique, les tortues d’Hermann se reproduisent dans les jardins du sud de la France depuis 50 ans, alors que faire? Pourquoi ne pas assurer simplement leur bien être dans nos jardins…

La tortue « comment ça marche »?

Vous et moi, nous vivons avec une température corporelle à 37,5°C. Nous grandissons à 37,5°C, nous nous défendons contre les maladies à 37,5°C (non, vous ne suivez pas…. nous faisons de la fièvre pour nous défendre), nous nous reproduisons à 37,5°C…
La tortue est réputée comme «animal à sang froid», ce qui est complètement faux… Il faudrait dire «animal à température ambiante». Son sang est à la température de l’environnement. Son optimum de température est 28°C à 30°C.

À 30°C, la tortue grandit vite, consomme beaucoup, … Si la température chute entre 10 et 15°C, la tortue va vivre au ralenti…. Et si la température passe en dessous de 10°C elle va hiberner

Vous et moi, nous possédons un squelette interne. La tortue, elle, possède aussi un squelette interne, mais également un squelette externe dit carapace. Ces 2 squelettes ont besoin d’énormément d’énergie et de calcium pour vivre. La tortue trouve son calcium dans la nourriture (pissenlits, …..je vous expliquerai tout dans la partie 2…) ; mais sans les rayons du soleil (UVB), elle est incapable de fixer son calcium sur sa carapace! Tout le calcium ingéré et donc perdu…
Le jour, à la température de 30°C et au soleil, notre tortue d’Hermann va avoir faim et va donc «nourrir» tous ses besoins.
La nuit, la température diminue et les rayons du soleil disparaissent… Cela  n’est pas grave, pourquoi?… Hé oui, vous avez compris, la température diminuant, l’appétit va diminuer, les besoins vont aussi diminuer et la tortue va donc s’économiser…

Que faire avec ma tortue juvénile?  Est-elle trop petite pour hiberner?

Là, nous nous lançons dans un débat compliqué entre passionnés de reptile…

La nature a prévu que les petites tortues hibernent dès la première année, donc oui une tortue juvénile peut hiberner! Mais d’un autre côté, si l’hibernation n’est pas bien menée elle risque de mourir… C’est vrai… Mais si l’absence d’hibernation n’est pas faite dans de bonnes conditions alors les conséquences sont bien souvent plus vite gravissimes… (je vous expliquerai l’hibernation un peu plus tard dans la partie 3). Bien souvent, les propriétaires gardent leurs petites tortues à l’intérieur « pour ne pas qu’elles aient froid ».

Voici deux exemples type de consultations à ma clinique :

– «Bonjour Docteur, j’ai placé ma petite tortue à l’intérieur dans ma maison, elle mangeait au début, mais là elle ne bouge plus».

Explication : il fait 19°C à 21°C dans nos salons l’hiver, nous sommes loin des 30°C! La température de 20°C est la pire pour une tortue d’Hermann : il ne fait pas assez chaud pour manger et assumer ses besoins, et pas assez froid pour s’économiser… La tortue «grille» ses réserves. Pour une tortue adulte en bonne santé, cela peut ne pas être trop grave, mais pour une tortue nouveau-né qui n’a pas de réserves, cette situation est mortelle.

-« J’ai placé ma tortue à l’intérieur près du radiateur, mais derrière la fenêtre».

Même problème : il est peu probable que la température soit de 30°C le jour et bien évidemment la tortue n’a pas d’UV… Nous ne bronzons pas derrière une fenêtre…

Marche à suivre avec ma tortue juvénile l’hiver :

Vous avez compris maintenant : soit la solution choisie est l’hibernation et il faudra la faire le mieux possible (cf partie 3), soit on décide de ne pas réaliser d’hibernation et alors là il va falloir investir!

Quand on parle terrarium, on pense toujours à une sorte d’aquarium… Mais le côté verre n’est pas indispensable, l’important n’étant pas l’aspect esthétique, mais plutôt l’aspect environnemental.

Le terrarium en verre est même déconseillé pour une tortue. En effet, la ventilation est bien souvent difficile et surtout nos tortues sont des exploratrices. Elles passeront leur temps à gratter à la vitre pour découvrir ce qui se passe derrière.

La caisse en bois

L’idéal est donc une caisse en bois, ouverte sur le dessus (parfait pour la ventilation) et opaque, ce qui empêche les velléités d’exploration de la tortue. Il vous faut un chauffage pour reptile (plaque chauffante ou lampe chauffante), le tout relié à un thermostat pour permettre une température de 30°C le jour et de 22°C la nuit.

Si vous optez pour la caisse en bois ouverte sur le dessus, la lampe chauffante est la meilleure solution. Pendant le jour, il nous faut les fameux rayons du soleil! Alors il faudra brancher une lampe dite UVB, la puissance idéale pour les tortues d’Hermann étant du 5.0.

Maintenant, il va falloir créer de l’hygrométrie!… Bon d’accord là pour un simple terrarium d’hiver cela est peut être trop… Baigner sa tortue à la température du point chaud pendant 20 minutes tous les 2 à 3 jours sera alors suffisant… Bien évidemment, si votre tortue va d’elle même tous les jours dans sa coupelle d’eau… Laissez la faire !

Pour le substrat, mettez simplement du foin de bonne qualité.
Pensez à mettre sous le substrat du « lino » (linoléum) pour faciliter le nettoyage et l’hygiène de l’ensemble.
Attention : il vous manque une cachette pour votre tortue ! On n’oublie pas d’éteindre la lumière et le chauffage à 17 heures (vous pouvez branchez vos prises sur un minuteur pour ne pas oublier), votre tortue va ainsi dormir à la température ambiante de 20°C…

 

 

tortue-hermann-croquis-terrarium

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les conditions d’environnement sont parfaites!

Est-ce tout ? Non, il faut aussi faire attention à son alimentation

Nous avons parlé Calcium tout à l’heure (vous aurez toutes les informations sur les légumes en partie 2).

Il va falloir contrôler sa croissance et sa prise de poids…Mais on étudiera ça aussi dans la partie 2!

Dr Nicolas MARTINEZ Vétérinaire

Merci de nous suivre et de partager