Les animaux souffrent-ils, eux aussi, de TOC, ces comportements effectués de façon répétée et difficilement répressibles ? En développent-ils souvent ? Quelles raisons peuvent expliquer l’apparition de ce type de pathologie ? Que faire pour améliorer la santé mentale de mon animal ?

C’est à ces diverses interrogations que nous allons tenter de répondre aujourd’hui.

La stéréotypie est définie comme un comportement répétitif anormal qui n’a pas de but. Elle est induite par la frustration, par une tentative d’adaptation à une situation de stress ou par un dysfonctionnement cérébral.

Il s’agit généralement d’un signe de mal-être de l’animal.
Quelques données statistiques pour commencer : on estime que plus de 10 000 animaux vivant dans des zoos présentent des stéréotypies, (Mason et al. 2006). Pour les animaux d’élevage, le chiffre est encore plus impressionnant. On parle de dizaines de millions d’animaux qui présentent ces troubles.

Ces mouvements répétitifs se rencontrent, non seulement, chez les animaux de zoo ou d’élevage, mais sont également présents chez nos animaux domestiques. On parle alors plutôt de TOC, Troubles Obsessionnels Compulsifs (chien qui court après sa queue, qui gobe les mouches, chat qui se toilette en permanence, perroquet qui s’arrache les plumes…). Un comportement est considéré comme un TOC dès lors qu’il a une durée et une fréquence anormales et qu’il empêche l’animal d’interagir normalement avec son environnement (l’animal refuse de faire une autre activité ou ne répond plus à l’appel de son maître….)

Avant de poser un diagnostic de stéréotypie ou de TOC, le vétérinaire va adopter une démarche diagnostique rigoureuse afin d’exclure une possible maladie organique qui expliquerait ce trouble comportemental. Ainsi, face à un chat qui se lave excessivement et qui s’arrache les poils à répétition, le vétérinaire va d’abord rechercher toutes les causes de dermatose qui pourraient expliquer ce comportement. De même, devant une potomanie (animal qui boit 5 à 10 fois sa ration d’eau journalière) il suspectera, en premier lieu, une maladie métabolique telle qu’un diabète sucré ou une insuffisance rénale par exemple. Enfin, de nombreuses affections neurologiques provoquent des changements de comportement chez l’animal atteint et certains tocs sont alors considérés comme des symptômes de la maladie. C’est le cas notamment du tournis chez les Bulls terriers, un signe souvent synonyme d’épilepsie canine assez fréquente chez cette race.

Les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans le développement des troubles obsessionnels compulsifs mais des facteurs génétiques pourraient également être impliqués. En 2000, des chercheurs (Schoeneker et Heller) ont mené une étude sur les campagnols roussâtres (Myodes glareolus) montrant que les stéréotypies étaient six fois plus présentes chez les individus descendants de parents qui présentaient des stéréotypies.

Cependant, il ne faut pas ignorer les facteurs de confusion : la mère qui stéréotype prend moins soin de ses petits, ce qui les met dans une situation de stress et peut les amener à stéréotyper à leur tour; de même, les petits sont exposés à la stéréotypie de leur mère, qui leur sert d’exemple, et dont ils pourront reproduire le comportement…

Des moyens non médicaux sont efficaces pour traiter les stéréotypies, comme l’enrichissement du milieu pour les animaux sauvages élevés en captivité, l’amélioration des conditions de vie des animaux de ferme. De même, enrichir le milieu de vie, l’environnement d’un animal ou encore favoriser des interactions avec d’autres congénères va pouvoir améliorer les troubles comportementaux des animaux de compagnie.

Un traitement médical est parfois nécessaire pour gérer ces comportements répétitifs. Stéréotypies et TOC sont traités médicalement à l’aide d’agents dopaminergiques ou sérotoninergiques (les stéréotypies sont engendrées par des altérations du circuit dopaminergique causées par le stress et le circuit sérotoninergique a une influence sur le circuit dopaminergique). À titre d’exemple, on peut citer l’halopéridol, un neuroleptique utilisé dans le traitement des stéréotypies.

L’ observation d’un comportement étrange chez votre animal, même s’il semble amusant de prime abord, doit vous amener à consulter votre vétérinaire. Stéréotypies et TOC peuvent, en effet, être révélateurs de pathologies encore non diagnostiquées (insuffisance rénale, diabète, troubles cutanés, neurologiques…) ou encore d’un réel mal-être de votre animal et doivent donc être pris au sérieux.

Sources

  1. ‘Les stéréotypies des animaux élevés en captivité : étude bibliographique’, Wenisch E.
  2. ‘Stereotypic behaviour in captive animals : fundamentals and implications for welfare and beyond.’ In Stereotypic Animal Behaviour : Fundamentals and Applications to Welfare. 2nd edition. Mason GJ.
  3. ‘Indication of a genetic basis of stereotypies in laboratory-bred bank voles (Clethrionomys glareolus)’. Applied Animal Behaviour Science, Schoeneker B, Heller KE.

Auteur

M. Hugo Haab
Étudiant vétérinaire

logo vetopedia-conseils-veterinaires

Site de conseils vétérinaires

Merci de nous suivre et de partager
error